Trois fois rien

23 juillet 2015

Rentrer au port

Toujours,

Encore...

DSC_4650

DSC_4648

DSC_4654

DSC_4660

DSC_4855

DSC_4651

DSC_4839

DSC_4850

DSC_4853

DSC_4655

DSC_4843

 

DSC_4847

DSC_4846

DSC_4850

DSC_4653

DSC_4855

Posté par Emilouma à 20:20 - Commentaires [9] - Permalien [#]

07 juillet 2015

Evoramonte (Portugal, 13 et fin!)

Dernière étape de notre périple portugais d'il y a... bientôt 1 an... Evoramonte, dans l'Alentejo. Région de collines quasi-désertique, entre le Taje au nord et l'Algarve au sud. On plante la tente dans l'herbe sèche, au milieu de nulle part, et le soir on s'installe pour guetter les étoiles filantes. Le village d'Evoramonte est perché sur une colline et semble avoir été déserté depuis longtemps. On y grimpe le soir pour profiter du coucher de soleil. L'altitude et les murs à la chaux autour du cimetière rappellent les Cyclades; c'est... étrange! Dans le centre actuel du village, en contrebas de la forteresse, un ou deux bars et un restaurant moldave qui nous sert des repas sur mesure à la nuit tombée... Dans les environs,  Estremoz et ses carrières de marbre, et Evora que nous visitons rapidement. Le centre et le nord de l'Alentejo sont finalement les endroits que j'ai préférés, un peu loin des sentiers balisés, au calme. J'imagine qu'il en reste plein d'autres à découvrir...

DSC_1701

DSC_1706

DSC_1704

DSC_1711

DSC_1736

DSC_1713

DSC_1727

DSC_1737

DSC_1743

DSC_1740

DSC_1741

DSC_1748

DSC_1750

DSC_1760

DSC_1742

DSC_1761

DSC_1749

DSC_1769

DSC_1774

DSC_1752

DSC_1777

DSC_1783

DSC_1781

DSC_1785

DSC_1786

DSC_1788

DSC_1790

DSC_1793

DSC_1792

DSC_1794

DSC_1796

DSC_1804

Posté par Emilouma à 22:55 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juin 2015

Pourquoi pas

Se mettre à la course à pied à 40 balais ✔️
Courir pour la bonne cause en tutu et perruque roses ✔️
Tenter + l'année prochaine...

Posté par Emilouma à 10:13 - Commentaires [9] - Permalien [#]
13 juin 2015

I need you, you, you

Ce mois de juin est dingue... Chez vous aussi? (Je connais la réponse) On reste accroché au calendrier mural de la cuisine, qui ne devient plus très lisible, et on essaie de ne rien zapper... Une belle respiration au mileu de cette course folle, le spectacle choral des collèges du département. Marie et Louis sur scène au milieu de 200 autres, un choix de morceaux éclectique et tonique, une partie théâtrale décapante... Pour moi, c'est le meilleur de l'école, ces projets collectifs où on s'éclate en produisant des choses de qualité. Du baume au coeur et un bon contrepoint à la morosité de notre école primaire qui se vide lentement et meurt à petit feu... (Et moi je quitte le navire pour d'autres horizons... et rends mon tablier de présidente... mais on ne fait pas une assoc' toute seule, de toute façon...:-/ ) Bravo les kids, bravo les profs!

DSC_4466

DSC_4479

DSC_4506

DSC_4503

Posté par Emilouma à 09:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juin 2015

Saturday night, feel alright!

Le samedi soir, il y a l'option "boîte de nuit" pour certains et l'option "ballade à vélo" pour d'autres, avec arrêt "chevaux", arrêt "moutons", arrêt "rapaces", arrêt "escargots, arrêt "renard", pause "escalade de petits suisses" et chorégraphies improbables dans les champs. À ce rythme-là, la nuit tombe vite et on s'aperçoit un peu tard qu'on n'a pas de lumières... Au retour, on est un peu frigorifié, mais qu'importe... ce n'est pas tous les jours l'été...

DSC_4304

DSC_4305

DSC_4307

DSC_4309

DSC_4313

DSC_4321

DSC_4332

DSC_4331

DSC_4328

DSC_4340

DSC_4341

DSC_4339

 

Posté par Emilouma à 17:56 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


Cimetière marin

Il y a devant chez moi des bateaux qui n'iront plus nulle part. Carcasses de bois ouvertes aux quatre vents, comme le fut autrefois la maison, elles font partie du paysage et leur lente décrépitude marque le temps qui passe. Comment en arrive-t-on là? Comment un sardinier, un doris ou un catamaran finissent-ils posés sur l'herbe, rongés par le sel et le vent? Mystère...

DSC_4258

DSC_4275

DSC_4264

DSC_4276

DSC_4281

DSC_4277

DSC_4286

DSC_4283

DSC_4287

DSC_4282

DSC_4289

DSC_4291

DSC_4292

DSC_4293

DSC_4296

DSC_4295

DSC_4298

DSC_4303

DSC_4300

DSC_4369

DSC_4370

DSC_4367

DSC_4372

DSC_4371

DSC_4373

DSC_4374

 

Et cette campanule rebelle qui fleurit discrètement sur le muret qui fut pendant un temps notre seul point d'ancrage... ;-)

Posté par Emilouma à 00:31 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mai 2015

Londres, 2015

Londres 2015, c'est un peu le pendant de Berlin an 2000, à ceci près qu'on ne sait pas quelle sera la suite.
C'est l'histoire d'un gros besoin d'air et d'un premier voyage seule depuis bien longtemps. Ça se passe encore chez A. On ne vit plus seules; on a 2 et 3 enfants, elle à Londres et moi ici. Chacune dans une période "intermédiaire", le cul entre deux chaises pourrait-on dire... Pour voir le côté positif des choses, nous avons un peu de temps... 
On appelle du renfort pour les enfants (3 amies pour 4j!), qui trouvent étrange que je m'en aille (depuis juillet 2002 je leur fais à manger midi et soir... Je suis un cas et je l'assume!). On se quitte un dimanche matin sous le soleil dans un petit aéroport qui a la bonne idée de faire des vols low cost pour London. J'ai dû alléger ma valise au max pour ne pas dépasser le poids réglementaire. Pas de folies vestimentaires en perspective (si tu me connais, tu sais que c'est jamais trop le cas!). L'hôtesse de l'air en tailleur assorti à la carrosserie (soit violet, jaune et orange) te propose du café et des cacahouètes, payants. Tu as beau ne pas être très fixée sur ce que tu veux faire plus tard, tu te dis que ça, non, jamais. À peine le temps de fermer un œil que déjà les falaises de craie du sud de l'Angleterre apparaissent, toutes proches. Je me dis que je n'ai rien compris au décalage horaire et que je dois être très fatiguée. (En réalité, le vol aura duré 2/3 du temps prévu). L'avion atterrit à Southend sous un grand soleil. Le temps de retirer de l'argent et le train pour Londres me passe sous le nez (c'est un peu une habitude chez moi). Cela m'arrange presque: je me pose au soleil, sors mon livre, et savoure le plaisir d'être momentanément sans contrainte aucune. 30 min de rêvasserie plus tard, le train suivant est là. Une heure de trajet jusqu'à Liverpool Street Station. Avec le concours de G**gle maps, nous avons convenu de nous retrouver devant la boulangerie "les Délices de France", aux alentours de midi. Pour une raison non encore élucidée, mon téléphone est totalement inopérant à l'étranger et je n'ai pas fait l'effort de contacter l'opérateur, qui m'a déjà fait tourner en bourrique à d'autres occasions. Ça rajoutera du piment à l'action, m'étais-je dit. Je suis devant les Délices de France depuis 20 min et je ne vois personne (personne de connu du moins, car sinon il y a foule dans cette gare). Je pense que sans téléphone à l'époque actuelle, on est quand même parfois un peu démuni.
Tout finit par s'arranger, je te rassure. Je te passe l'épisode du déjeuner raté en haut d'un building de la City et du déjeuner de rattrapage plutôt classe avec vue sur la Tamise et le pont de Londres... Ensuite, l'installation dans le quotidien d'une famille d'expat', le lever des enfants à 7h45, l'école de 9h à 15h15, le parc, le diner, le reading time... Et pour A. et moi, des litres de thé, des heures de blabla, des km à pied pour visiter quand même un peu... La fille résolument optimiste partie sous le soleil avec une petite veste s'est fait prêter un anorak pendant 4j car côté temps, c'était l'automne fin mai... Quelques repères parsèment cet appart du SW de Londres, des choses connues qui ont voyagé de ville en ville: peut-être les livres, peut-être les partitions de musique, les couleurs, peut-être la façon de ranger (ou ne pas ranger!) les affaires... Des trucs qui donnent aux lieux un côté familier. En fond sonore, il y a 3 langues qui se répondent: l'Italien et le Français des parents, l'Anglais du pays, que le petit de 5 ans parle avec une aisance déconcertante. Je me dis que c'est une chance de grandir dans ce joyeux mélange... Londres 2015, c'est aussi le soleil qui brille fort et me réveille immanquablement dès 5h du matin... Les échanges de sms avec les enfants qui me préviennent qu'untel est à la maison, qu'ils se sont fait à manger tout seuls, que Marie est partie à la piscine sans argent... Le ciel gris menaçant au-dessus de Regent Street... Le ciel d'orage sur les façades pastel de Notting Hill. Les boutiques visitées à la recherche de bricoles pour les enfants (A. et moi, on n'est pas les reines du shopping) (ce qui tombe plutôt bien quand on n'a pas de salaire!). Le dernier soir au pub à Putney, le trajet à pied le long de la Tamise, les maisons qui donnent directement sur le fleuve et les bagnoles garées devant (3 marques au choix). Le pub et le concert qui n'arrive pas, notre dîner raté mais peu importe. Ben River et des anglaises éméchées qui parlent trop fort. Se dire que c'est quand même sympa d'avoir ce genre d'endroit et plein d'autres tout près de chez soi... Le lendemain, s'éclipser très tôt, prendre le métro jusqu'à St Pancras, stresser légèrement devant la file d'attente interminable, monter quand même à bord on time et arriver très vite en France. Sur le quai, Charlie Winston débarqué du même train, mais damned! il faut déjà courir pour choper la correspondance... Et au bout de 9h de voyage, te voilà devant l'école à causer du temps qu'il fait (les saints de glace décalés, tout ça...), puis rentrer à la maison et reprendre le train d'ici en marche... Vendredi matin course à pied, ça tombe bien: j'avais renoncé aux 10km avec A. le long de la Tamise. Trop pour moi. 
A. a eu son test d'Anglais et commencera sa formation de prof à la rentrée. Moi je dois appeler le Conseil de l'Ordre; j'en suis malade mais ça va aller, ça va aller, ça va aller.......
Londres 2015, jolie escapade avant... l'inconnu. Mind the gap! J'ai aimé voyager seule, découvrir de nouveaux lieux, bavarder avec A comme quand on avait 15 ans et qu'on passait nos vacances au bord de la mer, Kate Bush et Supertramp dans le radio-cassette! (Rho ce qu'on est vieilles!!) Regrettable oubli, j'ai omis de vérifier la théorie rapportée par Céline selon laquelle ton niveau d'Anglais s'améliore poportionnellement au nombre de pintes de bière ingurgitées... Un nouveau voyage est donc à prévoir, et cette fois-ci je voudrais la place à côté de Charlie svp, merci!

DSC_4086

DSC_4078

DSC_4087

DSC_4103

DSC_4096

DSC_4105

DSC_4119

DSC_4106

DSC_4109

DSC_4110

DSC_4117

DSC_4115

DSC_4121

DSC_4123

DSC_4127

DSC_4130

DSC_4131

DSC_4134

DSC_4138

DSC_4141

DSC_4128

Là, c'est mon Londres de touriste. Mais celle qui photograpie Londres comme personne, c'est elle (et pas que Londres, d'ailleurs. Je suis fan absolue de ses photos)

Posté par Emilouma à 14:22 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mai 2015

Venise, 5: des restes

Encore un peu de Venise avant un voyage radicalement différent...

DSC_3911

DSC_3926

DSC_3913

DSC_3936

DSC_3921

DSC_3949

Posté par Emilouma à 21:59 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 mai 2015

Venise, J4: sous la pluie

Fin du séjour sous un ciel très gris... Nous prenons le bateau direction les îles: Murano, Burano aux façades multicolores, où on aimerait passer plus de temps à se perdre dans les ruelles et découvrir de nouveaux recoins. Au retour, une expo du Douanier Rousseau au Palazzo ducale (no photos...) pour compléter la palette des verts... et il est déjà temps de refaire les valises...

DSC_3955

DSC_4013

DSC_3963

DSC_3957

DSC_3976

DSC_3966

DSC_3982

DSC_3989

DSC_3993

DSC_4012

DSC_3994

DSC_3991

DSC_4004

DSC_4003

DSC_3985

DSC_4008

DSC_4006

Posté par Emilouma à 18:08 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 mai 2015

Venise, J3: à taaaable!

Je crois qu'on est un certain nombre à partager une passion pour la bouffe italienne, et à Venise il y a de quoi l'assouvir! Une chance: la fréquentation touristique ne retentit pas sur la qualité (ou alors on a eu beaucoup de chance) ni sur l'accueil, qui est sympathique partout (c'est appréciable!). Je vous mets 2 ou 3 adresses en bas. À l'heure de l'apéro, c'est évidemment Spritz en terrasse (avec une petite laine; c'est pas encore l'été!). On aurait pu établir une cartographie de Venise selon le tarif du Spritz, de 2,50€ sur une petite place en retrait à 9€ place St-Marc (mais servi avec classe et noeud pap', pour ce prix-là!). Rien d'extravagant au menu, notre séjour n'était pas à visée gastronomique, mais de très bonnes pizza et pasta, antipasti et poissons frais de la lagune juste grillés. Et le spectacle fabuleux du marché du Rialto, le matin, avec ses étals de fruits, légumes et poissons tout frais (dont quelques espèces non identifiées, inconnues de nos marchés de Nord-Ouest de la France!).

 

DSC_3838

 

DSC_3839

 

 

 

DSC_3847

DSC_3844

DSC_3848

DSC_3843

DSC_3850

DSC_3858

DSC_3852

DSC_3861

DSC_3865

DSC_3864

DSC_3867

DSC_3869

DSC_3870

DSC_3875

DSC_3868

DSC_3878

DSC_3881

DSC_3877

DSC_3883

DSC_3884

DSC_3888

DSC_3900

DSC_3902

DSC_3901

DSC_3912

DSC_3919

DSC_3997

DSC_3954

DSC_4002

Quelques adresses (parmi des milliers):

Osteria ai 4 Feri (Calle lunga San Barnaba, Dorsoduro): pour les poissons. Réserver avant ou arriver tôt!

Caffè del Doge: pour commencer la journée en hésitant devant la carte des cafés au choix infini! (Calle dei Cinque, San Polo)

Hôtel Locanda Art Deco: très central et néanmoins calme, prix corrects et plutôt moins kitsch que la moyenne (Calle delle Botteghe, près du Campo San Stefano) (Merci Blandine!)

Posté par Emilouma à 21:54 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,